Mon sac en liège en cuir végétal

Mon sac en liège en cuir végétal

L’ère du cuir végétal est en marche. Pour beaucoup de femmes, la maroquinerie a autant d’importance qu’une belle paire de chaussures. À mon sens ce sont ces éléments qui concluent et parfont un look. Je me suis récemment vu offrir un sac en cuir végétal.

Adepte du mieux consommer et friande de toutes ces matières plus justes, j’ai été ravie de recevoir ce sac à main en cuir végétal, quel beau cadeau!

Le cuir végétal… kézako ?

Il s’agit de l’écorce de bois issu du chêne-liège, majoritairement exploité dans le bassin méditerranéen et plus précisément en Espagne et au Portugal.

L’exploitation de ce matériau est bénéfique pour l’arbre car le fait de lui extraire une couche de son écorce lui libère de l’oxygène et lui permet de mieux se reconstruire. C’est comme lui donner un second souffle.

On lui donne une petite dizaine d’années pour reconstruire de l’écorce et l’exploiter à nouveau, aucun arbre n’est donc abattu, au contraire, grâce à ce type d’exploitation on l’aide à croître!

Les articles fabriqués à partir de liège sont très agréables à porter. Au toucher, il s’apparente légèrement au daim, sensiblement moins dense et beaucoup plus léger que ce dernier. Ceci en fait un matériau aussi résistant et souple que le cuir animal avec la cruauté en moins.

Les inconvénients du cuir animal

Tout comme le marché de la viande, le commerce du cuir comme de la fourrure est responsable d’une grande souffrance animale. Les animaux sont tués à coup de gourdin, gazage, injection, empoisonnement, pendus ou capturés par des pièges à mâchoires, voire dépecés vivants car certains fournisseurs pensent que ça rend le cuir plus souple.

Malheureusement les animaux ne sont pas les seules victimes de l’exploitation de cette industrie. L’Humain paye également très cher.

Saviez-vous que le traitement du cuir, tannage et corroyage est un des secteurs industriels les plus toxiques?

Pour traiter les peaux on utilisera pas moins de 300 produits chimiques dont certains sont extrêmement toxiques pour la peau des ouvriers et pour les voies respiratoires. On retrouve du chrome hexavalent (source de cancer), des acides, des sels de sodium et d’ammonium, du mercure utilisé pour les teintures ou encore du cyanure. Dans ces tanneries, un ouvrier sur trois est victime d’un accident, 90% développent une maladie et rares sont ceux qui dépassent les cinquante ans. Les enfants sont aussi mis à contribution pour d’autres activités liées au cuir.

Voilà autant de raisons pour se diriger vers le cuir végétal.

Les avantages du cuir végétal

Au delà de respecter les différentes causes énumérées précédemment, il est d’excellente qualité et les créations réalisées grâce à ce matériau en font des accessoires que l’on peut garder très longtemps, tout aussi longtemps que des articles en cuir animal si on en prend soin.

Il est très facile et aisé d’entretenir ces accessoires, avec de l’eau, du savon doux et un chiffon ou une éponge douce.

Bonus… Chaque article est forcément unique car chaque arbre est différent. Les petites imperfections, éventuelles craquelures et tâches en font des créations imparfaitement parfaites.

Il existe d’autres alternatives végétales comme le Muskin (cuir de champignon), le Piñatex (cuir de fibres d’ananas) ou encore le cuir d’eucalyptus.

Le liège est toutefois plus malléable, moins coûteux à la fabrication et est esthétiquement plus naturel de part sa belle couleur bois clair.

Je porte mon sac au quotidien lorsque je n’ai pas besoin de transporter beaucoup d’affaires et j’ai aussi eu l’occasion de le porter lors d’évènements plus chics.

Il fait de l’effet autour de moi, je suis fière de porter cette création et promouvoir ses belles qualités de fabrication tout en préservant l’esthétique de mon look.

Inutile de préciser que le concept a atteint le cœur des personnes m’entourant aussi attachées que moi aux causes animales et végétales.

Un look écoresponsable

Le concept s’inscrit dans le mouvement de mode écoresponsable et durable, en proposant des alternatives végétales aux matières animales. Il est possible de trouver des sacs en liège ou en chanvre, mais il existe aussi des alternatives à base de plastique (polyester), de papier, etc… La matière végétale utilisée pour les créations ne vient pas d’une exploitation animale. Elle est issue du liège qui se trouve sur les arbres et qui est récolté par les producteurs.

Il existe aussi des alternatives végétales à base d’algues, de bambou ou encore de canne à sucre. Le concept s’inscrit dans un mouvement global qui vise à préserver l’environnement en limitant l’exploitation animale et en privilégiant les matières végétales. Les sacs sont généralement fabriqués en France avec du liège issu de forêts écoresponsables et du chanvre cultivé localement.

Le style Lancaster

Le style Lancaster est une tendance mode féminine intemporelle créée en 1920. Elle est portée aujourd’hui par de nombreuses célébrités et influence des milliers de femmes à travers le monde. Le sac Lancaster est un look classique, chic et élégant qui s’appuye sur un retour aux valeurs traditionnelles : simplicité, confort, élégance et féminité. La femme Lancaster est élégante et féminine, elle porte des tenues raffinées. Les accessoires sont discrets afin de ne pas surcharger le look.

Le sac Lancaster peut être en cuir, tissu et autres matières. Il existe des modèles en cuir véritable ou bien dans des matières plus modernes comme le simili-cuir ou le polyester. Le sac à main Lancaster se porte avec un petit top et des escarpins. Il est très tendance et peut être associé à de nombreux accessoires pour compléter une tenue. Il se porte au bras, dans le dos ou sur l’épaule selon votre style. Il peut aussi être porté en bandoulière pour plus d’élégance. Vous pouvez le porter avec une paire de lunettes ou bien un chapeau. Il existe de nombreuses déclinaisons du sac Lancaster : sac à main, sacoche, pochette, besace…

D'autres articles intéressants sur la Mode :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.